PXL_20210618_193717338

 

BERACA 1

 

Corona a été le titre pour 100 messages. Ce nom qui veut dire couronne décrit le virus Covid-19 parce qu’il se présente sous la forme d’une couronne. Pour la suite de cet exercice qui a été apprécié aussi en Haïti, j’ai caressé l’idée d’en changer le nom. Beraca, au milieu d’un monde affligé par des révoltes, des guerres et des épidémies, présente un aspect positif.
Ce nom est apparu lorsque Josaphat, roi de Juda, et son peuple furent attaqués par trois nations ennemies et annoncées comme « une grande multitude » (2 Chron. 20. 2). L’Éternel leur donna la victoire sans qu’ils aient à combattre. Dans la joie de la délivrance, ils ont appelé le nom de la vallée où la victoire leur fut donnée : Beraca, ce qui veut dire « bénédiction ».
En pensant à une autre vallée, les fils de Coré expriment une béatitude : « Bienheureux l’homme dont la force est en toi, et ceux dans le cœur desquels sont les chemins frayés ! Passant par la vallée de Baca, ils en font une fontaine ; la pluie aussi la couvre de bénédictions » (Ps. 84. 5-6). Le nom « Baca » se traduit par « pleurs ». C’est exactement ce que Josaphat et les fils de la tribu de Juda ont expérimenté lorsqu’ils apprirent qu’une multitude d’ennemis était venue contre eux. Le roi, dans sa prière, fait référence à leur angoisse dans cette situation. C’est pour eux, « la vallée de Baca » mais elle devient vite la vallée de Beraca. De ce récit, nous pouvons tirer de précieuses instructions et directions :

Craindre et rechercher le Seigneur : « Et Josaphat craignit, et tourna sa face pour rechercher l’Éternel, et proclama un jeûne par tout Juda » (2 Chron. 20. 3).

Se rassembler : « Et Juda s’assembla pour chercher secours de la part de l’Éternel : et on vint aussi de toutes les villes de Juda pour rechercher l’Éternel » (v. 3 et 4). « Et tout Juda se tenait devant l’Éternel, avec leurs petits-enfants, leurs femmes et leurs fils » (v. 13).

Intercéder : Josaphat intercède en exposant le problème et en rappelant les promesses faites à Salomon, à savoir que : « quelle que soit la prière, quelle que soit la supplication que fera un homme quelconque de tout ton peuple Israël, quand ils reconnaîtront chacun la plaie de son propre cœur et qu’ils étendront leurs mains vers cette maison » (1 Rois 8. 38), « et que nous nous tenions devant cette maison et devant toi, car ton nom est dans cette maison, et que nous criions à toi à cause de notre angoisse, tu écouteras, et tu sauveras » (2 Chron. 20. 9).

S’en remettre à Dieu : « ne les jugeras-tu pas ? car il n’y a point de force en nous devant cette grande multitude qui vient contre nous, et nous ne savons ce que nous devons faire, mais nos yeux sont sur toi ! » (v. 12).

Écouter la voix de l’Éternel : dans cette circonstance, Jakhaziel, conduit par l’Esprit Saint, dicte les instructions : « Ne craignez point, et ne soyez point effrayés à cause de cette grande multitude ; cette guerre n’est pas la vôtre, mais celle de Dieu » (v. 15). Le prophète insiste : « Ce n’est point à vous de combattre en cette affaire ; présentez-vous, et tenez-vous là ».
– « voyez la délivrance de l’Éternel qui est avec vous » (v. 17). Tous ont besoin d’être rassurés, c’est pourquoi il dit encore : « Juda et Jérusalem, ne craignez pas et ne soyez pas effrayés ; demain, sortez à leur rencontre, et l’Éternel sera avec vous » (v. 17).

Croire la voix du Seigneur et adorer quand l’ennemi est proche : « Et Josaphat s’inclina le visage contre terre, et tout Juda et les habitants de Jérusalem tombèrent sur leurs faces devant l’Éternel, pour adorer l’Éternel. Et les lévites d’entre les fils des Kéhatites et d’entre les fils des Corites se levèrent pour louer l’Éternel, le Dieu d’Israël, à grande et haute voix » (v. 18 et 19).

Se lever de bonne heure le matin, pour se fortifier : « Josaphat se tint là et dit : Écoutez-moi, Juda, et vous, habitants de Jérusalem : Croyez à l’Éternel, votre Dieu, et vous serez affermis ; croyez ses prophètes, et vous prospérerez » (v. 20).

Persévérer : « Et le roi tint conseil avec le peuple, et établit des chantres pour l’Éternel, et ceux qui louaient dans la sainte magnificence, et disaient, en sortant devant les troupes équipées : Célébrez l’Éternel, car sa bonté demeure à toujours » (v. 21).

Agir selon Dieu : « Et au moment où ils commençaient le chant de triomphe et la louange, l’Éternel mit des embûches (contre les ennemis)… Et les fils d’Ammon et de Moab se levèrent contre les habitants de la montagne de Séhir, pour les exterminer et les détruire ; et quand ils en eurent fini avec les habitants de Séhir, ils s’aidèrent l’un l’autre à se détruire » (v. 23). Pour les fils d’Israël, leur seule action dans le combat fut de louer l’Éternel !

S’accaparer des richesses : « Et Josaphat et son peuple,… trouvèrent en abondance des richesses,… et des objets précieux, et ils en ramassèrent à ne pouvoir les porter ; et ils furent trois jours à piller le butin, car il était abondant » (v. 25).

Remercier : « Et le quatrième jour, ils s’assemblèrent dans la vallée de Beraca, car là ils bénirent l’Éternel ; c’est pourquoi on a appelé ce lieu-là du nom de vallée de Beraca, jusqu’à ce jour. Et tous les hommes de Juda et de Jérusalem, et Josaphat à leur tête, s’en retournèrent, revenant à Jérusalem avec joie ; car l’Éternel les avait réjouis au sujet de leurs ennemis » (v. 26 et 27).

Que d’instructions pour nous chrétiens ! Nous étions condamnés à la mort éternelle à cause du péché d’Adam. « Par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort et,… la mort a passé à tous les hommes, du fait que tous ont péché » (Rom. 5. 12). Notre Seigneur Jésus Christ est venu dans le monde et a accompli l’œuvre de la purification des péchés en donnant Sa vie sur la croix. Et, « comme dans l’Adam tous meurent, de même aussi dans le Christ tous seront rendus vivants » (1 Cor. 15. 22). C’est Lui qui a vaincu Satan et la mort ! C’est Lui qui est allé en pleurant, portant la semence qu’il répandait et qui « revient avec chant de joie, portant ses gerbes » (Ps. 126. 5). En résumé : croire Dieu, obéir, et se réjouir.
La vallée de Baca est devenue la vallée de Beraca ; la vallée des pleurs, celle de la bénédiction !